Petite cité de caractère

Située sur les contreforts des Monts d’Arrée, à l’entrée du Parc Naturel Régional d’Armorique, Guerlesquin, Petite Cité de Caractère, vous offre une découverte insolite autour de ses trois places successives bordées de belles demeures et de monuments majestueux, témoins de sa vocation ancestrale de foires et de marchés.

Guerlesquin naît au milieu du XIème siècle à proximité d’une motte féodale, édifiée entre 1040 et 1056 par Even Gwen sur les bords du Guic.

La motte est détruite en 1080 et remplacée par un château construit par les Charruel. Cette famille est présente à la première Croisade et aux guerres de Succession (1341-1365), lors du Combat des Trente en 1351 au cours duquel des seigneurs guerlesquinais s’illustrèrent.

Les seigneurs de Penhoët y succèdent au XIVème siècle et obtiennent du Duc Jean V le titre de ville ainsi que des privilèges commerciaux le 14 mai 1434 (droit des poids, balance et foires), concrétisant la vocation commerciale de notre ville. La devise de Jehan de Penhoët “Red Eo” -” il faut”- est encore celle de Guerlesquin.

Les Rohan à qui l’on doit la première cohue (1526) surmontée d’un auditoire de justice renforcent le rayonnement de Guerlesquin sur le Trégor, la Cornouaille et le Léon.

En 1653, la ville sous le Marquisat de Vincent du Parc, Maréchal de camp de Louis XIII est importante par ses marchés. Guerlesquin est le siège de l’administration seigneuriale (juge, avoué, procureur fiscal, notaire, sénéchal et sergent) et on y rend la justice tous les lundis.

A la fin de l’Ancien Régime, les Pelletier de Rosanbo sont seigneurs de Guerlesquin.
En 1732, Guerlesquin accueille, outre le marché du lundi, 19 foires annuelles pour les toiles, le lard, le pain blanc, le vin et les chevaux. En 1900, on compte encore 17 foires aux bestiaux qui cessent pratiquement de 1947 à 1967.
Outre ses fonctions commerciales, la ville vivait aussi de l’exploitation de carrières de granit (une centaine de tailleurs de pierres travaillaient à Guerlesquin en 1914).
Lors des dernières décennies Guerlesquin a connu une activité industrielle intense liée à l’agroalimentaire et plus particulièrement l’industrie de la volaille. A l’initiative de Jacques Tilly industriel et maire de la commune (de 1965 à 1989 et de 1995 à 2001)  la commune a bénéficié d’un âge d’or économique dans les années 1980, avec un accroissement significatif de sa population. Cette période a permis l’implantation de nombreux commerces et services toujours présents (collège, écoles, maison médicale, maison de retraite, pharmacie…)

Visionnaire Jacques Tilly fut également à l’initiative de son classement aux Petite Cité de Caractère . La commune est d’ailleurs une des toute première en France à avoir bénéficié de cette distinction

Ville fleurie

Labellisée 3 fleurs “Villes et villages fleuris”, Guerlesquin offre un visage souriant et accueillant à ses visiteurs. Les aménagements paysagers et végétaux sont particulièrement soignés et apportent une belle fraîcheur au granit omniprésent.

Le haut de la ville vous offre une magnifique perspective vers l’ancienne prison seigneuriale depuis ses bassins aménagés. En suivant les rues principales qui longent les places successives de la cité, vous découvrirez des parterres aux couleurs harmonieuses, des végétaux soigneusement choisis pour l’étalement de leur floraison au fil des saisons mais également des arbres parfois centenaires.

Il faut faire le tour de l’enclos paroissial pour découvrir son étonnant jardin de simples, plantes aromatiques et médicinales. Véritable parcours d’interprétation, l’ensemble des plantes ainsi que leurs bienfaits est méthodiquement étiqueté. Depuis ce chemin de ronde, vous bénéficierez d’une jolie vue sur le « Champ de Bataille ». Cet agréable jardin public, doté au début du 19ème siècle de plus de 90 tilleuls, était autrefois un terrain où s’entraînaient les milices des seigneurs. Les vestiges de la chapelle Saint Ener y ont pris place dans les années 1960 et un récent volet paysager donne à chacun l’envie de se rafraîchir dans ce petit théâtre de verdure, face au joueur de luth sculpté par les célèbres Frères Crom.

En centre-ville mais également dans ses abords, depuis des décennies, les trottoirs sont bordés d’arbres et d’arbustes, les espaces aménagés et les places entourées de tilleuls, une longue tradition héritée du 19ème siècle.

Plan & situation de la ville

Liaison routière :
Voie express RN 12 Brest – Rennes. Sortie : Guerlesquin – Plouégat-Moysan – Plestin-les-Grèves puis RD 42 sur 6 km

Liaison ferroviaire :
Gare de Morlaix , Guingamp et Plouaret

Liaisons aériennes :
Aéroport de Brest – Guipavas (73 km)
Aéroport privé de Saint Brieuc (65 km)
Aéroport privé de Lannion (35 km)
Aéroport privé de Morlaix – Ploujean (25 km)

Lisaison maritime :
Gare martime de Roscoff (50 km)

Horaires transports

LINEOTIM – Ligne 40 : Morlaix – Plouigneau – Le Ponthou – Plouégat-Moysan – Guerlesquin – Botsorhel. Ligne 40

Population et superficie

Nombre d’habitants : 1375 (population légale 2015 entrée en vigueur le 1er janvier 2018)

Superficie de la commune : 2183 ha